Actualités

Chili : Michelle Bachelet (ré)ouvre le débat sur le droit à l’avortement

La présidente chilienne Michelle Bachelet a déposé samedi 31 janvier une proposition de loi visant à dépénaliser l’avortement sous certaines conditions.

03/02/2015
Chili : Michelle Bachelet (ré)ouvre le débat sur le droit à l’avortement

Depuis quelques semaines, l’avortement s’est invité dans le débat en Amérique latine. Le 23 janvier, une femme accusée d’avoir avorté clandestinement a finalement été « graciée » par l’Assemblée nationale du Salvador, après trois ans de prison. Le 31 janvier, c’est la présidente chilienne Michelle Bachelet (et ex-directrice exécutive d’ONU-Femmes) qui a mis le sujet sur la table en déposant une proposition de loi visant à dépénaliser l’avortement dans certaines conditions : danger pour la vie de la femme, malformation du foetus, et viol. Le texte devrait être examiné au Congrès en mars prochain. S’il reste très restrictif, il a au moins le mérite d’aborder la question dans un des très rares pays au monde où l’avortement demeure interdit en toutes circonstances. Aujourd’hui encore, c’est un crime passible de plusieurs années de prison.

Soutenir la société civile

Mobilisée sur le terrain, la société civile chilienne est déterminée à faire bouger les lignes. Dernièrement, une pétition a été lancée par des associations de défense des droits des femmes. Selon celles-ci, 100 000 femmes environ sont contraintes d’avorter clandestinement chaque année. L’interdiction totale de l’avortement, héritée de l’ère de Pinochet, entérine les inégalités entre les femmes et les hommes et relègue dans la clandestinité les femmes les plus pauvres. La majorité d’entre elles sont même dénoncées à la police par les personnels médicaux lorsqu’elles sont reçues en urgence dans les hôpitaux. Ces traitements inhumains contrastent cruellement avec les progrès récents du pays en matière de droits humains, comme l’ouverture de l’union civile aux couples de même sexe approuvée la semaine dernière. 

Solidaire avec la société civile chilienne, Le Planning Familial appelle à signer la pétition : http://t.co/d7V52gNw2g L’accès à l’avortement sûr et légal est un droit des femmes et un impératif de santé publique. Le Chili, épinglé à plusieurs reprises par l’ONU, doit modifier sa loi sans plus attendre.

 Légende : Droit de décider, personnes libres. Pour le droit fondamental des femmes à l'avortement.